Addictions et sophrologie

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (05. février 2014)

Qu’il s’agisse de nourriture, d’alcool, de cigarettes mais aussi de jeux vidéos, de jeux de hasard et même d’internet, la sophrologie peut aider les personnes à se débarrasser de leurs comportements addictifs…

Mieux comprendre les addictions

De nombreuses définitions sont proposées. L’étymologie du mot « addiction » est latine et signifie esclavage. Le sujet addict est l’esclave d’une seule solution pour de nombreuses raisons, et parfois pour échapper à un mal-être ou une douleur mentale.

D’après l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles), l’addiction se caractérise par « la dépendance, soit l’impossibilité répétée de contrôler un comportement et la poursuite de ce comportement, en dépit de la connaissance des conséquences négatives ».

Les addictions se rapportent autant à des produits qu’à des conduites, et sont souvent causées par le désir de combler un manque, de réduire une anxiété et de se sentir mieux. Or, la dépendance engage corps et esprit dans le mal-être…

Les effets de la sophrologie

En complément d’un suivi et d’un traitement médical et surtout psychologique adapté, la sophrologiepermet d’agir conjointement sur le corps (exercices de relâchement des tensions, détente musculaire…) et l’esprit (pratique de la pensée positive).

Une pratique régulière de la sophrologie aide la personne souffrant d’addiction à :

  • Réduire les pulsions.
  • Sentir et connaître son corps par des techniques de relaxation dynamiques efficaces pour renforcer la conscience des cinq sens et apprendre à ressentir son corps au travers de sensations.
  • Reconnaître et calmer le stress grâce à des exercices de respiration, pour évacuer les tensions et aboutir à un état de relaxation.
  • Gérer les émotions, se recentrer. La sophrologie aide à neutraliser l’état de tension interne que le comportement addictif était censé soulager. La personne apprend à être plus à l’écoute d’elle-même et à distinguer ses vrais besoins.
  • Gérer la frustration. Le sophrologue apprend à réaliser des exercices faciles à pratiquer en inter-séance, afin de devenir progressivement autonome et devenir acteur de leur détente.

source https://www.onmeda.fr/medecines-douces/addictions-et-sophrologie.html

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.